Librairie l'Arbousier : 20 ans d'échanges et de rencontres, en librairie à Oraison et sur internet quand vous voulez où vous voulez.

Soyez informés, abonnez-vous à la newsletter au bas de cette page ou consultez notre page Facebook.

Plus d'informations ? Contactez-nous au 04.92.78.61.08 ou par mail : librairielarbousier@orange.fr

 

Daniel C.

Conseillé par (Libraire)
1 mai 2020

Une saga émouvante, grand public. Une histoire d'amour et d'anamour qui traverse tout le XXème siècle. De l'amitié dont on rêve et de l'amour qui n'existe plus au XXIe siècle.

Lazare Lindt, un jeune physicien de génie d'origine juive, sans famille, sa
ns argent, débarque à Moscou, chez son professeur de sciences en 1918. Il tombe amoureux de sa femme Maroussia. Amour inconditionnel qu'il porte toute sa vie sans jamais l'avouer pour ne pas semer le trouble dans leur triangle relationnel.

Dès lors le personnage fait fortement penser à Aliocha Akichine du "Komsomoltsi - Dobrovoltsi" ("Les volontaires de la jeunesse communiste »") film mythique d’après le roman en vers d'Evguenii Dolmatovski. D'ailleurs ce thème de l’amitié, fidèle ou trahie, est très présent dans la littérature russe.
Les années s'écoulent, l'élève dépasse ses maîtres, ses collègues scientifiques et parvient au sommet de son parcours de scientifique. Les purges staliniennes ne l'atteignent pas car c'est un "protégé" de Beria. Il travaille sur les projets classés "top secret". Sa vie sentimentale est faite de rencontres sans attachement ni engagement. Il n'aime pas les enfants non plus. Couvert de gloire et de privilèges, il vieillit.

Sa rencontre avec une jeune femme Galina (une quarantaine d’années les séparent) est un coup de foudre. "Ce petit vieux était passablement répugnant, certes maigre, ridé, le visage hérissé d'une barbe gris-bleu mal rasé, mais une jeune fille soviétique se devait de respecter...» De cette union "assurée" par les services secrets naît une haine et un mépris fondamental de Galina pour son époux et Boris, leur fils... Mais le destin lui renvoie, comme un boomerang, sa petite-fille, une danseuse surdouée...

Le questionnement sur le génie est au cœur de l’œuvre : peut-on être comme tout le monde quand on ne l'est pas ?

Traduit par Bernard Kreise.

Loin du front, la guerre de tous, 1914-1918

Privat

Conseillé par (Libraire)
1 mai 2020

Vivre la guerre dans les Hautes-Alpes est un ouvrage collectif réalisé par chercheurs amateurs et passionnés qui ont constitué un groupe depuis environ trois ans.
L'ouvrage est une monographie départementale sur la Grande Guerre vue et vécue par ses habitants. Cette démarche est pour l'instant unique en France.
Nous avons travaillé principalement à partir de sources conservées aux archives départementales, tout en s'appuyant sur les ouvrages universitaires de référence.
Le livre est constitué de 18 articles regroupés en trois grandes parties.
La montée au front se consacre à l'entrée en guerre et au vécu des soldats haut-alpins dans les premiers mois de la guerre.
Tenir à l'arrière constitue le cœur de l'ouvrage. Cette deuxième partie souligne l'impact de la guerre pour les civils du département, avec ses conséquences économiques et sociales mais aussi l'arrivée des victimes de la guerre dans les Hautes-Alpes, qu'ils soient des soldats, blessés ou malades évacués du front, ou des civils réfugiés en provenance des territoires français occupés ou de pays alliés comme la Serbie.
Se souvenir permet enfin de mesurer les conséquences du conflit en étudiant le développement du mouvement des Anciens combattants, mais aussi l'érection des monuments aux morts, le retour des corps et la comptabilité des Morts pour la France.
Ce travail n'est toutefois pas exhaustif. Il reste de nombreux thèmes à traiter comme l'attitude des Haut-alpins émigrés (notamment aux États-Unis) ou encore les relations entre le département et l'Italie.

Fabien Jeannier et Pierre Spitalier

Conseillé par (Libraire)
1 mai 2020

Dans la droite ligne de "La fiancée des corbeaux", René Frégni devient le chroniqueur de la Haute-Provence, de Marseille en épurant la forme du journal. Il arrache de l'oubli les vies de quelques personnes qu'il a croisé le temps de deux saisons, détenu de prison, libraire et même un chat, son chat ! Il parle de lui et de la vie qui passe, sans pathos, avec plaisir et générosité.

Conseillé par (Libraire)
1 mai 2020

Dans la droite ligne de "La fiancée des corbeaux", René Frégni devient le chroniqueur de la Haute-Provence, de Marseille en épurant la forme du journal. Il arrache de l'oubli les vies de quelques personnes qu'il a croisé le temps de deux saisons, détenu de prison, libraire et même un chat, son chat ! Il parle de lui et de la vie qui passe, sans pathos, avec plaisir et générosité.

Conseillé par (Libraire)
30 avril 2020

Le seul, le vrai.

C'est le nôtre, celui de Forcalquier et des Basses-Alpes. D'ollioules à la place Beauvau, c'est qui le plus beau !