Librairie l'Arbousier : 20 ans d'échanges et de rencontres, en librairie à Oraison et sur internet quand vous voulez où vous voulez.

Soyez informés, abonnez-vous à la newsletter au bas de cette page ou consultez notre page Facebook.

Plus d'informations ? Contactez-nous au 04.92.78.61.08 ou par mail : librairielarbousier@orange.fr

 

Conseils de lecture

23,00
par (Libraire)
25 mars 2022

Ni noir, ni blanc : gris...

Les abeilles grises est un roman ni noir, ni blanc : gris. 2 hommes survivent dans la zone grise, un no man's land, entre séparatistes du Donbass et nationalistes ukrainiens de l'autre. Balles et bombes passent au-dessus de leur tête, parfois ça tombe près d'eux. L'un d'eux a des sympathies pour les pro-russes et gravitent des hommes louches autour de lui. L'autre est apiculteur et ses sympathies vont à l'Ukraine bien qu'étant russophone. Le printemps venu, il décide de partir à la recherche de cieux plus clément pour ses abeilles. Mais ni en Ukraine, ni en Crimée, il ne trouvera son bonheur. Son origine du Donbass lui vaudra l'ire d'un nationaliste en Ukraine et en Crimée, l'omniprésence du FSB lui rappellera un peu trop celle de l'Union Soviétique et du KGB. De là à retourner en zone grise, il y a de la route.
Remarque : quand on traduit un livre comme celui-ci, peut-être qu'il serait bon d'insérer quelques notes de traduction surtout au début du livre qui rendraient certains passages plus compréhensibles aux personnes peu familières du monde slave.


17,00
par (Libraire)
19 août 2021

Changement d'échelle

Comment grimper en haut d'un livre aussi majestueux, apollon citharède de l’œuvre de Jean Giono. Surtout quand l'auteur, lui-même, est revenu sur ce chef d’œuvre en le réécrivant pour le cinéma avec un nouvel angle, de nouvelles approches. Les auteurs y ont mis beaucoup disent-ils de leur amour et de leur admiration pour Giono. Le risque dans ce cas-là est qu'à vouloir voler si haut on y laisse des plumes. Le dessin, sans originalité, est impeccable. Pour le scénario, Dufaux a choisit de changer d'échelle, il a planté ses clous de l'ordre côté du hêtre. Alors ça donne de nouveaux points de vue, parfois heureux, d'autres fois moins. Bravo à eux pour avoir tenté l'expérience et donner à lire et à découvrir ce texte majeur de Jean GIono


19,00
par (Libraire)
26 janvier 2021

Paru en France une première fois en 1982 aux éditions Des femmes, le livre de An Antane Kapesh est réédité aujourd'hui dans une nouvelle traduction plus maitrisée par les éditions québécoise Mémoire d'Encrier. C'est le cri en innu d'une femme issue des Premières nations du Québec. Elle dit, la première, la souffrance de toutes les spoliations vécues par son peuple et comment il a été réduit à la situation dans laquelle il demeure aujourd'hui. Un texte essentiel sur la colonisation de l'Amérique du Nord.
« Je suis une maudite sauvagesse. Je suis très fière quand, aujourd’hui, je m’entends traiter de Sauvagesse. Quand j’entends le Blanc prononcer ce mot, je comprends qu’il me redit sans cesse que je suis une vraie Indienne et que c’est moi la première à avoir vécu dans la forêt. Or, toute chose qui vit dans la forêt correspond à la vie la meilleure. Puisse le Blanc me toujours traiter de sauvagesse. »


19,50
par (Libraire)
17 novembre 2020

Un oeuvre au long cours

M. Bonnefoy pose des jalons de livre en livre. Une œuvre se construit, tisse des liens de sang de la France au Venezuela en passant par le Chili cette fois-ci. En 200 pages Miguel Bonnefoy déroule 100 ans et plus dune saga qui baigne dans le réalisme magique. L'histoire des Lonsonnier partis de France au XIXème siècle s'entortille comme le pampre de la vigne autour des deux guerres mondiales. Jamais français ne furent plus chiliens et inversement. Laissez-vous charmer par cette langue truculente et parfois enivrante comme un Casillero del Diablo.


6,00
par (Libraire)
12 juin 2020

Ah !... s'assoir Café de la Mairie, place Saint-Sulpice et lire ce livre en faisant remonter son regard de la Rue Bonaparte à l’Église en passant par la fontaine. Je ne me suis jamais autant senti parisien qu'en ces heures là. Les années 80 finissaient, la tontonmania sévissait. Longtemps, je suis sorti du métro Saint-Sulpice et j'allai en terrasse tuer quelques heures, à quelques mètres de mes lieux fantasmés : au 66 était le siège de la revue A Suivre, au 70 celui des éditions Repos qui, avant d'éditer chroniques et musiques religieuses, avait édité, à Digne, le dictionnaire d'Honnorat, les Annales de la Société Scientifique et Littéraire des Basses-Alpes et les mémoires du Charavani. Alors quand la pollution, le froid poisseux, le rance du café, le froid tabac des cendriers me manquent, je prends cette tentative et j'épuise mes souvenirs le cul dans le thym et le romarin de mes collines face offerte à la béance de la Durance.