Librairie l'Arbousier, 20 ans d'échanges et de rencontres. Une librairie, deux espaces, un site internet.

La librairie l'Arbousier à Oraison vous accueille du mardi au samedi de 9h00 à 12h30 et de 15h00 à 18h00, le dimanche de 10h00 à 12h30.

La librairie l'Arbousier à Lurs rouvre le vendredi 5 juin. Nouveaux horaires. Du jeudi au lundi, l'après-midi de 15h00 à 18h00, le samedi et le dimanche, ouvertures supplémentaires, le matin de 11h00 à 12h00.

Restez informés, abonnez-vous à la newsletter au bas de cette page.

Pour plus d'informations, contactez-nous au 04.92.78.61.08 ou par mail : librairielarbousier@orange.fr

 

LE DERNIER FEU
EAN13
9782375860137
ISBN
978-2-37586-013-7
Éditeur
PAROLE
Date de publication
Collection
MAIN DE FEMMES
Nombre de pages
207
Dimensions
16 x 10 cm
Poids
155 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Dernier Feu

Parole

Main De Femmes

Offres

L’un après l’autre, ils quittent le vieux village pour descendre dans la vallée, là où gronde la rivière mais où la terre est plus généreuse. Si le chant de l’Asse attire famille après famille, il rappelle également que la rivière sait se mettre en colère et emporter bêtes et champs. Pélagie s’y refuse. « Raide comme un vieux tronc, maigre comme une pioche », elle reste plantée dans son vieux pays de rocailles, desséché par le soleil et le vent, et y fait sa soupe avec les herbes sauvages ramassées dans son tablier. C’est le quotidien d’un village du début de xxe siècle dont Maria Borrély fait le portrait. De toute la force poétique qui caractérise son œuvre, elle mélange gens, bêtes, saisons, travaux, soleil, eau et vent : « Dominant le concert de l’Asse, cors claironnant, clairons sonnant, s’élançait, par delà les montagnes au dos blanc, la troupe du grand vent dans le galop effréné de ses cavaliers. ».
Maria Borrély est la grande autrice de Provence qui parle de la vie et du travail dans le monde rural. Amie de Jean Giono, éditée par André Gide, pacifiste après la guerre de 14, résistante pendant celle de 40, elle nous a laissé peu de romans mais chacun contient une force et une poésie étonnante qui forment un des trésors de la littérature de haute Provence. Préfacé par Jean Giono et publié par la Nouvelle Revue Française (NRF / Gallimard) en 1931, Le dernier feu a reçu, à l’époque, des critiques chaleureuses. Aujourd’hui encore, il enchante le lecteur.
S'identifier pour envoyer des commentaires.