Librairie l'Arbousier : 20 ans d'échanges et de rencontres, en librairie à Oraison et sur internet quand vous voulez où vous voulez.

Soyez informés, abonnez-vous à la newsletter au bas de cette page ou consultez notre page Facebook.

Plus d'informations ? Contactez-nous au 04.92.78.61.08 ou par mail : librairielarbousier@orange.fr

 

  • Conseillé par
    9 mars 2017

    Imagination et fantaisie

    Davantage pour les inconditionnels de Daniel Pennac (dont je suis) ET de la fameuse saga dont il est l'auteur fort apprécié que pour les amateurs de romans cousus d'avance !
    A lire, entre autres, pour les dialogues, pour l'évolution de LA famille, pour l'atmosphère, les rebondissements.
    Un peu confus peut-être pour ceux d'entre nous qui n'auront pas encore goûté l'imagination si fertile de cet auteur rien de moins qu'incontournable.
    Un peu court pour se faire une idée, attendons de voir ... vite !


  • Conseillé par (Libraire)
    27 février 2017

    Vive Malaussène

    Dix-huit ans après "Les fruits de la passion", le monde est plus agité que jamais. Dans une France secouée, on assiste à l'enlèvement de Georges Lapietà homme d'affaire véreux dont Verdun, la petite Verdun toute hurlante de "la Fée carabine", se retrouve être la juge. C'est Un Ange. Monsieur Malaussène et Maracuja ont quant à eux bien grandi et sont aux quatre coins du monde en mission humanitaire. Benjamin? Lui il veille sur les écrivains de la vérité vraie de la reine Zabo, perdu dans le Vercors de sa Julie...et comme d'habitude, il morfle.

    C'est un véritable bonheur de retrouver les Malaussène pour ce nouvel opus. Le charme de la famille, "De la ronce Malaussène" comme le dit si bien Verdun, et le plaisir de retrouver Benjamin plus empêtré dans les ennuis que jamais est un vrai régal. La nouvelle génération est tout aussi fantasque que la précédente et on a hâte de voir ce qu'elle peut bien faire.

    Daniel Pennac renoue avec son style inimitable et ses petites phrases qui marquent longtemps. A la fois joyeux et foutrac, "Le Cas Malaussène" remet la famille sur les rails et le charme opère, encore.


  • Conseillé par
    15 janvier 2017

    Le cas Pennac

    Mais diable, qu’a-t-il fait pendant dix-huit ans ? Car, même si Daniel Pennac pratique volontiers le hamac, on l’imagine mal se balancer à longueur de siestes… Alors c'est vrai qu’il a pris goût à la scène où, se glissant dans la grande tradition anglo-saxonne, il a beaucoup lu, et fort bien, des textes en public (les siens et ceux d'auteurs qu'il aime).

    **18 ans plus tard, toujours aussi déjanté !**

    Il a publié quelques livres aussi, des best-sellers comme « Chagrin d’école », « Journal d’un corps », mais point de Malaussène à l’horizon. Et puis elle a fini par lui manquer cette famille déjantée, son langage fleuri, ses forfaits, ses extravagances. Et nous revoici repartis pour deux tours au moins, puisque le chiffre 1 qui figure sur la couverture nous laisse espérer une suite.
    Près de deux décennies ont donc passé. Benjamin Malaussène se retrouve aujourd’hui à la tête d'une ribambelle de neveux, une génération qui semble tout aussi loufoque, sympathique et généreuse que la précédente. Quant à sa petite sœur prénommée Verdun que l'on avait quittée bébé, elle est devenue juge d’instruction ; pour travailler en toute sérénité, pour que prévenus et avocats ne soient pas distraits par son physique avantageux, elle s’enlaidit à l'extrême !

    **Le  charme Pennac opère de nouveau
    **
    Dès les premières lignes, on s'immerge  dans cette ambiance Malaussène. L'auteur s'en donne à cœur joie et chaque page apporte son lot de surprises, d’inventions… et de tuiles, car lorsqu'on est bouc émissaire professionnel - c'est le cas de Benjamin Malaussène - il ne faut pas s'attendre à ce que la poisse vous oublie ! Très vite, le temps est aboli, et si un glossaire clôt le roman pour vous remettre les aventures passées et les noms en tête, il est superflu de le consulter tant ce petit marchand de prose réussit à nous (re)capturer et à nous (re)captiver. Un fois encore, le charme de Pennac opère.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u